1/7
1/10

Un lieu à inventer - Marseille

MŒ : Kristell Filotico // Chantier en cours -  2019 

1/4
1/10

Résidence Eugène Pottier - 140 logements en neuf et réhabilités

Groupement: AMETIS Provence I Kristell Filotico & Caractère Spécial I Novacert, Neo Paysage 

Démarche lauréate : avril 2019, études en cours //  Surfaces 24 000 m2

Un projet contre les idées reçues,

En l’état et en dehors de toutes considérations esthétiques, la résidence Eugene Pottier fait figure d’ovni dans la ville . Cet ensemble immobilier dont les appartements sont spatiaux et bien orientés, jalonnent un lieu où les plantes et les arbres existent pour de vrai. Ils offrent un parc qui relient un quartier entièrement rénové, où les immeubles se ressemblent et où les traces de la ville populaire portuaire d’avant ont été soigneusement gommées, et un autre tout à l’inverse entièrement délaissé, où les fissures livrent un combat désespéré avec les brisures, où les immeubles tiennent encore debout parfois par miracle. Ce parc à un rôle urbain important, il
est un patrimoine réel à cet endroit, un trésor qu’il nous faut valoriser, faire évoluer, transformer pour que de simples aménagements de pied d’immeuble,  
il devienne un lieu accueillant et chaleureux, un lieu ouvert à tous pour y faire des jeux, du sports, du jardinage ou même et surtout ne rien faire du tout. Il est là pour être traversé ou pour se retrouver. Il est là . Il n’est plus possible d’avoir un regard sur la ville comme si tout ce qui avait était fait jusque là devait être rasé. Il n’est plus possible de considérer que le temps n’existe pas. On ne peut pas soigner une maladie en amputant systématiquement. Parfois, il est même préférable de vivre avec son truc réparé et mal chu plutôt que devoir supporter un truc inerte qui le remplace . Cette violence urbanistique ne peut engendrer que de la violence urbaine. Il est plus que temps d’envisager de faire la ville autrement, avec ce qu’il y a et avec de la douceur. Dire que la ville se construit sur la ville prend ici tout son sens.  La force et la richesse de de cette opération est sa mixité, greffer sur les bâtiments pour les projeter dans le futur plutôt que de les raser.  Bien sûr, une partie des bâtiments sera démolie pour en  construire d’autres et laisser plus de place au jardin au vivant et à l’imagination.

1/5
1/7

Azimut 

Groupement: ICADE Promotion I Kristell Filotico Architecte I Hirundi, Les Grandes Tables, Synapse, Adret, R-aedificare 

Concours: avril 2019

La ville se construit de plus en plus vite. Notre posture est d’intégrer le facteur temps dans la conception des bâtiments et des espaces publics qui constituent un quartier. Dans la continuité des projets en cours et à venir portés par Euromed sur la ZAC Saint-Charles, nous proposons ici une méthode de travail en cohérence avec la volonté de mixité et d’attention aux habitants du quartier. Nous poursuivons alors une recherche déjà mis en place, notamment par le projet de préfiguration de l’IMVT par les étudiants de l’ENSA Marseille, les ateliers des architectes de l’agence Aïno ou encore l’ouverture de Coco Velten.

 

Future lanterne du quartier, AZIMUT est pensé pour être un lieu de moments partagés autour de l’hébergement, le co-living, l’accueil petite enfance et la cuisine. Dans la continuité des volontés d’ouverture sur le parc et la ville, exprimées dans le cahier des charges, nous proposons un lieu accueillant, généreux et vivant caractérisé par sa programmation et une architecture forte et manifeste. Le site de la porte d’Aix, chargé d’histoire, en plein cœur de la ville de Marseille impose la quête d’une posture urbaine et architecturale juste. Celle d’une aménité construite.

 

Le projet cherche des évidences : d’échelles, de volumétrie et de structure lisible, au service d’un bâtiment adapté aux programmes multiples qu’il abrite et évolutif. Un bâtiment qui offre plus encore, pour résider, habiter, manger, concevoir, … , sur ses larges terrasses à tous les étages. Pour créer un lieu vivant du sol au toit, tous les gestionnaires bénéficient d’espaces de plain pieds sur le parc et le jardin intérieur, conçu comme son prolongement.

 

Sa volumétrie s’accroche aux échelles urbaines présentes sur le site.  Le long du parc, il y prend corps naturellement par une trame constructive travaillée à l’échelle des immeubles de l’Ilot Pelletan et des héberges mitoyennes. Projet palimpseste, il assume et met en valeur la lecture de la ville XIXème jusqu'au développement contemporain et à venir du quartier. Entre l’existant réhabilité et les bâtiments neufs, l’escalier monumental agrémenté de belvédères préserve la lecture du jardin historique du cœur d’îlot.

 

L’architecture à la fois rationnelle et poétique, crée dans ses parcours une richesse d’espaces extérieurs, qui fabriquent une façade épaisse animée sur le parc et rythmée de vides sculptés et ombragés. Son écriture méditerranéenne qualifie un tiers-lieu ouvert à de futurs envies et partenaires tout en définissant d’ores et déjà une adresse identifiée : AZIMUT, annoncée par sa préfiguration.

1/3
1/4

Chargée de projet Margaux Tissot 

Tribunal de Manosque

MŒ : Kristell Filotico I ADRET, SP2i  // Concours lauréat 2018 -2020

Les juridictions de Manosque, Tribunal d’Instance et Tribunal de Commerce, quittent le centre ancien de la Ville, pour s’installer dans le nouveau centre administratif de la ZAC Chanteprunier. Le projet pour le nouveau Tribunal de Manosque investit la superficie totale de la parcelle (et même plus), pour s’approprier et qualifier tous les espaces extérieurs dans son «enceinte». 

Ce dispositif urbain ouvert dans l’angle par une simple colonnade invite et abrite,  joue avec la lumièreet un agrément végétal à l’échelle des cours et patios protège et oriente le regard vers le ciel, offre cette ombre si précieuse dans notre climat, efface les limites dedans/dehors, pour doter l’édifice d’une dimension symbolique ouverte sans intimidation. En vue d’asseoir la présence de l’édifice dans ce site, il qualifie l’espace public par la création de lieux protégés du soleil ou de la pluie.  

Le fonctionnement de plain pied s’impose comme une évidence. La volonté d’offrir plusque le programme requis se combine à cette configuration par un travail d’organisation des espaces public et tertiaire autour de patios accessibles et aménagés, conférant à la fois l’intimité nécessaire aux bureaux des greffiers et magistrats et la possibilité d’attendre une audience dedans ou dehors selon les saisons, dans la Salle ou le Jardin des Pas Perdus. Ce rapport au ciel, permanence spatiale du projet coupé ainsi de son contexte urbain, instaure la solennité nécessaire au traitement des affaires judiciaires.

1/9

Le Champ de Mai

Un jardin et un parking pour la Friche Belle de Mai

MŒ : Kristell Filotico I Lamoureux & Ricciotti Ingénierie, Atelier Roberta, SP2i  

// Concours lauréat, 2018 - 2020

Chargée de projet Mavromatidi Asimina

L’histoire de la reconversion de la Friche est de toujours plus s’ouvrir sur son quartier, la ville.

Lieu de travail, de production, de représentation, de rencontre, d’échanges, de loisir, la Friche tout en gardant son caractère originel et ses racines industrielles, sa patine, son grain, se transforme sans se changer ni se renier au gré des interventions. 

C’est par l’apparition d’espaces publics que la Friche transcende sa nouvelle fonction de lieu culturel et de rencontre. Les plateaux, les places, rues, toits accessibles, jardins sont autant de possible pour les échanges, débats et projets futurs.

A l’instar de cet espace public urbain qui serait, avec l’école, un des sites principaux de la formation et de l’expression de citoyens tolérants et responsables, l’émergence de l’espace public à la Friche semble être un tournant de la reconversion du site.

Ainsi le projet de parking que nous proposons n’est pas un objet posé sur la place mais un travail de la place elle même. Il s’agit bien ici de générer un espace public le plus vaste et le plus appropriable possible.

La philosophie qui a guidé ce choix nous conduit à ne pas grèver le foncier par un bâtiment mais, par un jeu de sol, proposer un parking et offrir la capacité structurelle à un bâtiment à venir.

Chercher l’évidence et offrir plus.

Ces objectifs ont porté à un travail du sol plutôt qu’à l’élévation d’un bâtiment, selon deux volontés.

 - Une volonté de rentabilité et conséquemment d’économie. 

Cette solution simple et efficace permet de ne construire que 1 250m2 de SDP, avec une simple rampe double-sens pour accéder en surface. En complément, environ 1 000m3 de roche seront dégagés, pour un coût moindre que la construction d’un plancher supplémentaire et une nuisance de chantier à compter sur une vingtaine de jours.

Ces cailloux ne seront pas évacués mais à l’origine des petites histoires complémentaires.

 - Une volonté, à l’échelle de la Friche, de conserver un foncier potentiel, des vues depuis la cour de la crèche sur le grand paysage urbain à court terme, un programme autre qu’un silo de voitures à long terme…

La création d’une esplanade, à ciel ouvert, dans le prolongement du jardin créé. Le plan incliné de plus de 1 000m2 vient toucher le sol de la place en formant une assise à l’ombre des pins.

Elle est imaginée source de multiples possibles que La Friche saura inventer : piste de luge géante, concert ou cinéma en plein air, marché, événement, conférence… et support d’une reconversion totalement ouverte.

 

1/9
1/5

86 logements BBC - Les Moulins à Romans 

MŒ : AMD & Kristell Filotico I SAONE AXE, ENERTECH, BETREC // Concours lauréat  2012 - 2017

La décision de renouvellement des Moulins en une seule phase a certainement modifié la donne en matière de composition de plan masse. Plutôt que de s’adapter au coup par coup à des situations transitoires, il s’agit ici d’avoir une pensée globale qui prenne en compte les caractéristiques urbaines de tout le quartier et les arbres à conserver sur le terroir.

- "Raccomoder" le tissu urbain en prolongeant le parcellaire du pavillonnaire, issu du tissu agricole qui tenait compte de l'orientation solaire et des vents dominants. Un espace public desservant toute l'opération raccorde ces 2 géométries en intégrant les beaux cèdres conservés.

- Circuler simplement en travaillant sur une voie mixte : le Chemin des Moulins.

- Mixité des types dans les trois entités bâties: T3, T4 et T5 individuels avec jardin dans le secteur ouest, T3 et T4 intermédiaires au sud-est, T2 et T3 adaptés aux personnes âgées dans le secteur collectif au nord-est. Cette mixité des types de logement est l’apport de l’architecture à la nécessaire mixité sociale. 

Au-delà des surfaces mêmes des logements qui possèdent tous le minimum requis, nous avons cherché à donner des qualités spatiales aux logements par le travail sur la lumière et sur le plan. Ces principes sont complété par une multitude de petits riens qui font la qualité d’un logement (Auvent d'entrée, cuisine fermée, cellier intérieur, privatisation des espaces extérieurs de la vue des voisins, ...)
 

 

 

1/2
1/6

Les grandes maisons

MŒ : Kristell Filotico & Caractère Spécial // Concours 2017

Nous voulons proposer une possibilité d’habiter qui dialogue avec le pavillonnaire, typologie habitat individuel encore largement présent dans le quartier et les collectifs implantés là dans les années 70, à travers les différentes configurations : habiter en rez-de-chaussée avec un jardin, en étage avec une terrasse, dans une maison posée sur un toit, dans un duplex sous les toits…

Cette diversité de typologies nous permet de travailler une volumétrie à l’échelle des bâtiments environnants, dans la même philosophie que le projet ADOMA, à des hauteurs variables.
L’organisation sur la parcelle privilégie en cœur d’îlot des espaces extérieurs abrités de grande hauteur et des jardins communs, lieux partagés, privilégiés, équipés de jeux d’enfants et petit terrain de sport, agrémenté de quelques pins dans le prolongement visuel du jardin mitoyen.

Les distributions élargies en coursives et une grande terrasse commune équipée de serres et cultures potagères constituent des espaces généreux en vue de générer autant de possibles et de vie qui transformeront cette adresse en un Lieu.
En rez-de-chaussée, les logements T2 et T3 bénéficient tous d’un jardin en pleine terre.
Les accès piétons et véhicules se font directement depuis l’Avenue des Goumiers. Le parking nécessaire à l’opération se situe en sous-sol.
Les distributions verticales sont proposées entre les Grandes Maisons, à l’air libre. Elles se prolongent en coursives élargies par endroit, pour privilégier des lieux de rencontre appropriables sur le chemin jusque chez soi.

Dans les étages, tous les appartements sont traversants ou à double orientation pour un confort visuel et thermique optimal et naturel.
Les vues « Mer » et vers le massif de Marseilleveyre sont privilégiées.
Le soleil du matin s’invitera dans la majorité des cuisines (orientation Est)  et celui du soleil couchant dans les salons …

 

 

 

1/1
1/10

Les Monts du Vercors

MŒ : Kristell Filotico I BETREC, ANDRET // Concours :  Juin 2019 

La ZAC des monts du Vercors, dans laquelle s’inscrit notre projet se trouve au coeur d’un territoire remarquable, tant d’un point de vue naturel que patrimonial. Dans un paysage majoritairement rural, à la rencontre entre les monts du Vercors, les contreforts de l’Ardèche et la plaine valentinoise, l’ensemble de la ZAC ouvre des vues précieuses sur le paysage. Aussi, les prescriptions urbaines qui tissent le futur quartier témoignent d’un franc respect pour ce territoire, ainsi que d’une attention profondément contemporaine aux questions environnementales qui lui sont rattachées.
En effet, l’orientation Est Ouest des voies permet non seulement de faire rentrer le paysage dans les logements mais également de leur offrir une orientation privilégiée Nord/ Sud et d’éventuellement protéger les accès et/ou espaces extérieurs des logements des vents dominants venant du Nord/Nord Est.

 

1/3
1/3

Habiter la cour, le champ, les jardins au Sambuc

30 logements locatifs sociaux et une quinzaine de lots à bâtir

MŒ : Kristell Filotico & JM Chancel I SP2i// Concours : Janvier 2018 

Notre proposition offre de grands vides qualifiés, à partager, de nouveaux espaces publics pour le Sambuc : la Cour, un Champ, des Jardins potagers, lieux à partager et caractérisant différentes manières d’habiter.
Le projet est caractérisé par l’édication d’une limite bâtie claire à l’Est, libérant un grand champ ouvert. Avec une occupation d’environ 22 logements à l’hectare, il reste relativement peu dense et préserve l’avenir, à la fois des terrains agricoles et des développements urbains ultérieurs

En se faisant complice du Sambuc le projet s’installe en Camargue.
Les commerces et logements collectifs constituent un mas dont la cour s’approche de la mairie annexe et des usages communs du village: poste, terrain de football, arènes, esplanade de la mairie, cafés, restaurants et petits commerces. En conservant la grange agricole, rénovée en halle couverte, le projet part du déjà-là pour compléter la centralité du village.

En cœur d’ « îlot », les jardins partagés et logements individuels groupés offre un nouveau chemin plus doux pour rejoindre et rentrer de l’école. De la même manière, le champ, tant qu’il restera libre préservera au Sambuc son allure rurale, avec en fond de paysage, comme une vigie, l’étonnant silo métallique. 

 

1/3
1/4

Le Rucher - 364 logements rue Callelongue à Marseille

MŒ : Kristell Filotico & Caractère Spécial architectes  //  Concours : juin 2017 

Il faut beaucoup tenter, beaucoup chercher pour trouver l’adéquation pour installer un programme d’une telle densité sur ce terrain. Il ne faut pas perdre de vue l’exigence de préserver le parc existant et proposer une volumétrie en harmonie avec le site et les bâtiments alentour.

Nous proposons plusieurs façons d’habiter le lieu :

La première consiste à vivre dans le parc, sous les arbres, au contact direct de cette végétation dense et confortée en l’état, en proposant le plus possible de logements de plain-pied généreusement ouverts sur cet extérieur. Nous les nommons les rez-de-forêt. Ils sont installés en restanques et leur écriture architecturale vient sculpter la déclivité du terrain. Ces logements s’articulent autour de larges patios situés au cœur du projet. Ils sont les prolongements du parc. La seconde, en cohérence avec le cahier des prescriptions urbaines propose une typologie en « plots », sur trois à quatre niveaux. La composition de six volumes de forme carrée, distants d’une vingtaine de mètres, met en place des logements à double orientation, sans aucun vis-à- vis, avec une densité verticale environ deux fois moins importante qu’une implantation classique de ce type.

Sur la rue Callelongue, un septième bâtiment de six niveaux, en retrait, au-delà du mur de pierre de clôture conservé en l’état, vient marquer l’entrée d’une nouvelle adresse marseillaise : le rucher.

 

 

1/4
1/5

164 logements îlot Chalucet -- Toulon 

 MŒ : ICADE Promotion I Vezzoni associés & Kristell Filotico I ING4, ANDRET, HYL // chantier en cours 

Le projet offre au site de Chalucet, un bâtiment méditerranéen d’envergure, dont les parois seront intégralement constituées de béton blanc brut et coulé en place, en cohérence avec l’ensemble des nouveaux programmes constituant le nouvel îlot de la connaissance et de la créativité. Le projet d’Icade propose une conception diversifiée dans le cadre du parcours résidentiel permettant de satisfaire plusieurs cibles de familles, plusieurs cibles de pouvoir d’achat et de satisfaire également les usagers de ce nouveau quartier, tout en intégrant des services facilitant le quotidien des habitants : confort d’usage, modularité, services communs physiques ou numériques, logements pensés pour être le plus économique possible en charges. 

1/5
1/4

HABITER LA FRICHE : 26 logements locatifs sociaux en habitat participatif - Marseille 

MŒ : Kristell Filotico 

Études en cours // Concours : 2016 démarche lauréate  

Le bâtiment de 26 logements locatifs participatifs s’installe à l’entrée de la Friche rue François Simon entre la maison des artistes et la crèche, face à la Cartonnerie. Il revendique sa double inscription de bâtiment méditerranéen et de bâtiment dans un site particulier : La Friche, ancienne Manufacture des tabacs, est aujourd’hui lieu de foisonnement culturel. C’est donc dans cet ensemble architectural imposant, minéral et exceptionnel que va s’installer le projet : un bâtiment en béton, dialoguant volontairement avec l’épaisseur de cet environnement local et patrimonial. L’implantation des logements traduit en volumétrie, le processus de projet et de conception. En dépassant les volumes de typologies classiques étudiés en faisabilité, la gure proposée est travaillée à partir de l’unité de base du projet qu’est le logement et la superposition des volontés exprimées de chaque foyer et de notre synthèse architecturale. L’ « empilement » de logements proposé vient dialoguer au sud avec les volumes existants des bâtiments de la Cartonnerie et de l’IMMS en R+2, et construit le projet de la Belle Ensemble jusqu’à une hauteur de 7 niveaux, l’insérant à l’échelle du grand paysage au niveau des faîtages avoisinants et des arbres majestueux du parc de l'ancienne maternité. L’évolution de notre travail au gré des rencontres avec les habitants et de nos recherches itératives, nous a amené à développé le projet en U, autour d’une vaste cour jardin, qui s’ouvre sur la crèche constituant de fait la 4e façade de la cour. 

 

 

1/3
1/4

Construction du Centre d’archives de l’Institut National De La Propriété Industrielle - Venette    

 MŒ : Vezzoni Associés & Kristell Filotico 

Concours lauréat juin 2016, Étude en cours

1/3
1/2

Gîtes et maison individuelle au bord du lac - Biscarosse 

MŒ : Kristell Filotico 

Chantier en cours

Les parcelles concernées par l’intervention s’inscrivent dans le patrimoine protégé des Landes. Au bord du lac de Biscarosse-Parentis, la loi Littoral s’applique en partie Sud du terrain. Le bâtiment s’implante le long de la limite constructible en intégrant, dans sa volumétrie, la courbe naturel du site dé nie par le recul exigé depuis les abords du lac. La contrainte devient une réelle opportunité de projet. D’une surface totale de 300m2, le volume bâti contient une maison principale et deux logements annexes. L’ensemble des espaces habitables s’ouvrent au sud et sont abrités par une avancée de toiture en bois. La construction est de plain-pied, de façon à s’insérer au mieux dans son environnement. Le projet propose une simplicité de forme et une unité de matériaux. L'ensemble du volume est habillé d'un bardage bois autoclave gris. L'ensemble sera réalisé en pin des Landes.  Au sud de la construction, de nouvelles plantations de pins viennent insérer le projet dans le grand paysage existant. 

Maison de ville à Samatan - Marseille  

Sélection 500 maisons AVivre 2015   
MŒ : Kristell Filotico 

Livraison 2015 

1/4
1/2

Le projet s'installe dans la verticalité, sur 4 niveaux :

- garage et studio indépendants au RDC

- R+1 : chambres et salles de bains

- R+2 : les pièces de vie s'articulent autour d'un patio en installant une intériorité très forte dans la maison et e açant les limites entre intérieur et extérieur.

- Terrasse : accesible depuis un escalier extérieur , la terrasse ouverte sur les toits de la ville offre un panorama à 180°, en contraste complet avec l'étage inférieur...

un bassin toute largeur est "posé" sur le toit terrasse, il apporte un peu de fraicheur au lieu. 

1/4

Maison à Roucas Blanc - Marseille
MΠ: Kristell Filotico

Livraison 2017

Le projet consiste à la réhabilitasion d'une maison individuelle existante sur 2 niveaux avec une extension. L'extension de 24 m2 s'insére dans la topographie naturelle du terrain, dans le niveau de la voie d'accès, dessert riveraine permettant ainsi un nouvel accès véhicule et stationnement sur le toit.

De plus, la renovation du jardin, la création du patio entre cuisine et salon et a création d' un bassin e açent les limites entre intérieur et extérieur.

- garage indépendant au R+1
- R+1 : chambres et salles de bains
- RDC : les pièces de vie donnent sur le jardin et le patio 

1/5
1/4

46 logements à Châlon sur Saône  

MŒ : Marc Dauber & Kristell Filotico I Paysage : Eric Giroud, 

Livré en 2006 // Concours : 2002 projet lauréat

Projet Lauréat du concours Villa Urbaine Durable lancé en 2001 par le Ministère de l'Equipement. Labellisés 1ers logements HQE de France. L’opération de Saint-Jean des Jardins a été lauréate de l’appel à expérimentation Villa Urbaine Durable lancé par le PUCA en 2001. Le projet propose une alternative à l’empilement des collectifs et l’étalement pavillonnaire Les trois axes principaux sont :
- La mixité : 12 types de logements dfférents du T2 au T5 en locatif et en accession
- La densité : 45 logements à l’hectare
- Le prise en compte du Développement Durable : orientation des logements au Sud, récupération des eaux de pluie, chau age collectif au bois, construction en briques monomur, etc.
​Un travail de recherche particulier sur des typologies adaptées et adaptables aux modes de vie contemporains a été mené en étroite collaboration avec la MOA : la pièce en +, la salle de bains comme véritable pièce de vie, le coin bureau, etc. Cette opération est une des premières du genre en France. Elle constitue un des projets vitrines de la Ville qui a fait du Développement Durable un axe majeur de la politique municipale.

 

 

1/3
1/5

Reconversion de l’EAI en groupes scolaires et logements - Montpellier  
MŒ : Entreprise Darver, Kristell Filotico,  JM. Chancel & Maca! architectes

Concours : Octobre 2016  

Première réalisation d’un programme neuf dans la ZAC de l’Ecole d’Application de l’Infanterie, comme pour une ouverture musicale, cette opération de réalisation d’écoles et de logements initie l’incarnation et l’interprétation des thèmes d’une opération urbaine inédite : proche du centre de Montpellier, dense, conservant la mémoire de l’ancienne occupation du site par l’armée. Dans l’état, le site de l’opération de groupe scolaire et de logements rassemble de véritables contrastes d’échelles. Sur son anc ouest, l’allée majeure  qui traverse le futur quartier de part en part et le lie au parc participe de la grande échelle, alors qu’en même temps, les adossements ombreux au mur d’enceinte, la végétation diverse, les aménagements attentionnés du sol fabriquent ces «lieux secrets» qui ont inspiré le projet urbain. Notre projet cherche à reconstruire ces tensions entre «grande échelle» et «lieux secrets». 3  mots d’ordre principaux - le projet palimpseste, l’identité du site, les valeurs de la mixité - sont au coeur de notre proposition.  La cour est le coeur du projet. Sa géométrie unifiée permet de l’embrasser d’un seul regard. Elle recevra des incrustations de dalles de pierre, des trémies pour des jeux de sables, des jeux d’enfants viendront animer cette grande surface. Un arbre à feuilles caduques apportant douceur et zone d’ombre sera planté en complément des platanes conservés à l’Est de la maison blanche. Tout autour de la cour, un péristyle protège les grandes baies des classes, de la restauration et des galeries, de la pluie et de l’ensoleillement direct. 

 

 

1/4
1/1

Extension & réhabilitation du gymnase de Luzy

MOE : Kristell Filotico & Marc Dauber I SEEM, DAVENTURE, TECO

Livraison 2012

La réhabilitation et l'extension de 1000m2 du gymnase de la ville de Luzy se situe au coeur du complexe, école maternelle - collège - terrains des sports.

L'extension du gymnase, à l'ouest du bâtiment existant, positionne les vestiaires actuels entre les 4 nouvelles salles de sport et la grande salle omnisports. Il offre ainsi une nouvelle façade à la cour du collège situé au Nord - Ouest. Le volume projeté est implanté parallèlement au gymnase et au bâtiment des vestiaires existants. Les nouvelles salles, d'un côté, et les vestiaires de l'autre, sont accessibles depuis la galerie vitrée mise en place entre les 2 bâtiments, une nouvelle entrée au complexe est ainsi définie, abritée par un auvent métallique et marquée par le magnifique chêne centenaire en place. Au sud, l'extension abritant le stand de tir et un espace accueil - rangement pour les terrains de tennis, prolonge le bâtiment des vestiaires. L'extension, à l'ouest, est réalisée entièrement en bois et constitue un chantier sec. Il est constitué d'une ossature en bois de pays + panneaux isolants, sur lesquels viennent se fixer, en façade, des tasseaux horizontaux de la même essence, sur les façades du bâtiment. Les salles de sport sont éclairées en imposte par un bandeau vitré constituant le couronnement. Le bâtiment  est "décollé" du sol par une plinthe de 50 cm de haut.

 

 

1/3

EUROPAN 7 Challenge suburbain, intensités et diversités résidentielles à Fribourg - Runner UP

Kristell Filotico, Olivier Malclès & Sidonie Joly

En l'absence de repères majeurs sur le site, le projet propose une approche poétique, une variation sur un type existant. Refusant les gestuelles architecturales il prend racine dans le lieu. La Muraille qui ourle la frange sud du terrain sera un point d’accroche. Le projet n’introduit, à l’instar de celle-ci, aucune horizontale dans le paysage, son épannelage fluctuant au gré de la pente du terrain. Il se plie selon une logique qui lui est propre et les nez-de-dalles visibles en façade renvoient aux lits de pierre de la fortification. Cette morphologie complexe permet d’associer dans une forme unitaire des usages et des modes d’habiter variés. Les petits commerces sont associés à des locaux d’activités, l’habitat est diversifié entre immeubles collectifs et logements en bande. La vue, l’ensoleillement privilégié grâce à l’implantation du bâtiment qui offre à tous les appartements une ouverture au sud sur le vallon et la vieille ville.